Charles Richard-Hamelin

Solistes et duos   Artistes avec orchestre  

Charles Richard-Hamelin s’impose sur la scène musicale internationale comme un pianiste « hautement sensible » (Gramophone), animé par « une grande profondeur de sentiments sans la moindre condescendance » (Le Devoir). Il est reconnu comme un interprète « polyvalent, multidimensionnel...

Charles Richard-Hamelin s’impose sur la scène musicale internationale comme un pianiste « hautement sensible » (Gramophone), animé par « une grande profondeur de sentiments sans la moindre condescendance » (Le Devoir). Il est reconnu comme un interprète « polyvalent, multidimensionnel et d’un lyrisme séduisant, un technicien d’une élégance et d’une sophistication exceptionnelles » (BBC Music Magazine).

Il a notamment reçu, en 2015, la Médaille d’argent au Concours international de piano Frédéric-Chopin à Varsovie et le prix Krystian Zimerman pour la meilleure interprétation d’une sonate. Il a aussi remporté le deuxième prix au Concours musical international de Montréal ainsi que le troisième prix et le prix spécial pour la meilleure interprétation d’une sonate de Beethoven au Seoul International Music Competition, en Corée du Sud.

Charles Richard-Hamelin est un invité recherché des plus grands festivals de musique classique, parmi lesquels le Festival international de piano de La Roque d’Anthéron en France, le Festival du Printemps de Prague, le Festival international Chopin et son Europe à Varsovie, le Festival international de Lanaudière et le Festival George Enescu à Bucarest. Il a œuvré avec des chefs d’orchestre de renom, dont Kent Nagano, Vasily Petrenko, Jacek Kaspszyk, Aziz Shokhakimov, Peter Oundjian, Jacques Lacombe, Fabien Gabel, Carlo Rizzi, Alexander Prior, Christoph Campestrini, Lan Shui, Jean-Marie Zeitouni, Charles Olivieri-Munroe, Howard Shelley, Antoni Wit et Jonathan Cohen.

Il s’est également produit comme soliste avec des orchestres réputés à travers le monde, dont l’Orchestre symphonique de Montréal, les orchestres symphoniques de Québec, de Toronto, d’Edmonton, de Varsovie, de Singapour et de Hiroshima de même qu’avec l’Orchestre Métropolitain, Les Violons du Roy, I Musici de Montréal, l’Orchestre du Centre national des Arts à Ottawa, l’Orchestre Philharmonique de Calgary, l’OFUNAM (Mexico), le Kraków Philharmonic Orchestra, l’Orchestre Philharmonique de Poznań et la Sinfonia Varsovia.

On doit à Charles Richard-Hamelin six albums, tous parus sous étiquette Analekta. Trois de ceux-ci sont consacrés au répertoire pour piano solo : le premier, comporte des interprétations remarquées des dernières œuvres de Chopin; le deuxième rassemble des œuvres de Beethoven, Enescu et Chopin, tandis que le troisième est une intégrale des ballades et des impromptus de Chopin. Charles Richard-Hamelin a aussi enregistré des œuvres concertantes : les deux concertos pour piano de Chopin, avec l’Orchestre symphonique de Montréal sous la direction de Kent Nagano, et les Concertos pour piano nos 22 et 24 de Mozart, avec les Violons du Roy, sous la direction de Jonathan Cohen. En musique de chambre, Charles Richard-Hamelin enregistre, avec Andrew Wan, une intégrale des sonates pour violon et piano de Beethoven, dont le premier volet est paru en 2018. Ces albums ont reçu des prix et un accueil enthousiaste des plus grands critiques musicaux.

© Elizabeth Delage

Ce qu'on en dit

Critique du concert Beethoven à la Maison Symphonique de Montréal, le 12 septembre 2020
Charles Richard-Hamelin était l’homme le plus occupé du concert. S’il est rompu aux sonates pour violon et piano de Beethoven (…), le Concerto no 4 du même compositeur constitue toutefois une entrée récente à son répertoire. En l’entendant le jouer avec une telle profondeur à 31 ans, on peut se demander quels sommets Charles Richard-Hamelin aura atteints dans 20 ou 30 ans. Les cadences des premier et troisième mouvements furent jouées avec un extraordinaire engagement, tanguant entre tumulte et tendresse.

— Emmanuel Bernier, La Presse (Montréal), 13 septembre 2020

Sur le nouvel album Mozart : Concertos pour piano nos 22 et 24 de Charles Richard-Hamelin et Les Violons du Roy, sous la direction du chef d’orchestre Jonathan Cohen. Publié par Analekta :
Sommet du Parnasse, 6 étoiles
Charles-Richard-Hamelin, égal à lui-même, confiant, propose du Mozart bien solide, sans maniérisme. Son instrument est chantant, voluptueux. Il invite et conduit l’auditeur à s’élever avec lui. Le mystère Mozart est là, quelque part en hauteur. […] Un grand Mozart, chaudement recommandé.

— leparnassemusical.com, janvier 2020

Un autre tandem gagnant
★★★★ 1/2
Après le succès des concertos de Chopin, le nouveau disque orchestral de Charles Richard-Hamelin est promis aux mêmes honneurs. […] À 30 ans, Charles Richard-Hamelin est déjà un trésor national !

— Christophe Huss, Le Devoir (Montréal), 31 janvier 2020

Sur l’album Chopin : Ballades & Impromptus, publié par Analekta :
Le Canadien offre une lecture d’une remarquable perfection formelle. Ses phrasés sont à la fois très chantants et finement articulés, et son jeu témoigne d’une belle hauteur de vue, autant que d’une grande attention aux détails, traités avec subtilité.

— Jérôme Bastianelli, Diapason (France), janvier 2020

★★★★
Le pianiste québécois […] les traite avec une telle intelligence et une telle sensibilité que la partition s’en trouve magnifiée. Ce musicien, trop peu connu en France, possède une parfaite maîtrise de la temporalité, une grande justesse d’intention.

— Sébastien Porte, Télérama (France), janvier 2020

Et c’est là que, malgré les précédents illustres, Charles Richard-Hamelin suscite l’admiration. Pas un contraste qui ne soit maîtrisé, pas un raffinement qui ne devienne précieux.

— Anne-Sandrine Di Girolamo, Gang Flow (France), 10 janvier 2020

Mais tout cela serait sans compter sur la superbe performance artistique que délivre ici le jeune pianiste canadien. […] Un vrai coup de cœur donc, pour ce 5e opus enregistré pour Analekta, et qui vient totalement conforter la bonne impression que m’avait faite son précédent disque des concertos de Chopin, en compagnie de l’Orchestre symphonique de Montréal et de Kent Nagano. Bravo !

— Joël Chevassus, audiophile-magazine.com (France), décembre 2019

Dans un répertoire très fréquenté au disque, Charles Richard-Hamelin se taille une place de choix par une extrême sensibilité, un jeu lumineux et très pensé. Jamais ne cherche-t-il à faire étalage de virtuosité gratuite lorsque la palette requiert l’épique, encore moins de pathos.

— Jean-Pierre Robert, on-mag.fr (France), 11 décembre 2019

Ce disque est immense.

— Christophe Huss, Le Devoir (Montréal), 23 septembre 2019

Sur l’album Chopin : Concertos nos 1 & 2 avec Kent Nagano et l’Orchestre symphonique de Montréal, publié par Analekta.

Clairement, c’est un enregistrement réussi. De la poésie d’un jeune artiste au service d’une pensée musicale d’un incroyable raffinement.

— Ayrton Desimpelaere, musiquesenpiste.eu, 3 août 2019

Paris debout pour Charles Richard-Hamelin
Richard-Hamelin n’a pas manqué son rendez-vous et a donné, devant un public de connaisseurs dans un silence de cathédrale, un récital d’une tenue exceptionnelle. […] Nous avons entendu à quel point cet artiste d’une grande modestie naturelle, évoluant dans une œuvre, peut en déceler des recoins poétiques comme un spéléologue découvre des cavernes dans une grotte. […] C’est ce raffinement dans une démarche qui reste naturelle qui touche les spectateurs.

— Christophe Huss, Le Devoir (Montréal), 2019

Sur le disque Ludwig van Beethoven, Sonates pour violon et piano (vol.1) : Sonates nos 6, 7, et 8. Andrew Wan et Charles Richard-Hamelin. Publié par Analekta.
C’est très bon. La question est : à quel point ? Et là, la surprise est énorme.

— Christophe Huss, Le Devoir (Montréal), 2019

Critique du concert au Suntory Hall avec le Tokyo Metropolitan Symphony, le 6 septembre 2018
La première partie du concert était consacrée à la performance de Charles Richard- Hamelin, Deuxième Prix du Concours de piano Frédéric Chopin 2015. C’est sa sixième visite au Japon. Sa subtilité et sa fraîcheur artistique étaient toujours bien présentes dans son jeu surtout quand il a commencé la partie en majeur du premier mouvement avec une vivacité palpitante qui m’a évoquée une adolescente qui vit pleinement son premier amour.
Au troisième mouvement, par contre, il a interprété la partie tout en contraste, harmonieusement maîtrisée entre le dynamisme du rythme constant et les silences subtilement présents à travers la mélodie. C’est un génie sans comparaison !

— Tamiko Ogura , Magazine Ongaku no Tomo (Japon), 2018

Festival International de musique Chopin et son Europe (Varsovie), 9-31 août 2018
Comment ce pianiste s’est développé à bien des égards depuis son premier triomphe au 17e Concours international Chopin. Certes, je considère que dans ce concours, le deuxième prix est certainement un triomphe d’une immense importance. […] Un récital bien pensé, modeste et profondément musical comme on en entend rarement aujourd’hui.

— michael-moran.com, 10 août 2018

Divers concerts
Le récital de piano du brillant pianiste canadien Charles Richard-Hamelin est acclamé lors du Festival Chopin au monastère de Kremsmünster. Merveilleusement limpide, le récital a ouvert la soirée avec le Nocturne intime en do dièse mineur. Éclatant et héroïque, la populaire polonaise en la bémol majeur a balayé la salle. Quatre ballades contrastées, mystérieuses, lyriques, démoniaques et sensuelles, ont été interprétées avec le plus grand soin. Richard-Hamelin a célébré la musique de Chopin avec une technique parfaite, des agogiques de qualité et une agilité à toute épreuve. Passionnant !

— Fred Dorfer, Kronen Zeitung (Autriche), 23 juillet 2018

Le jeu de Richard-Hamelin se caractérise par la beauté du son, la variété des couleurs et une culture du toucher d’une finesse hors du commun et toujours limpide.

— Harald Eggebrech, Süddeutsche Zeitung (Allemagne), 19 juin 2018

Le lauréat du deuxième prix, Charles Richard-Hamelin, a également reçu de forts applaudissements bien mérités pour son interprétation de la Sonate no 3 en si mineur, op. 58 de Chopin. Elle fut si bien exécutée qu’il est impossible de ne pas être stupéfait qu’il a terminé en deuxième position

— Julie Jackson, The Korea Herald (Corée), 3 février 2016

J’étais en attente d’une telle performance depuis le début du concours. Il est à tout point de vue un artiste, un musicien extraordinairement mature qui se concentre sur la beauté des œuvres de Chopin, qu’il joue avec une grande clarté de vision. Il est un des seuls concurrents qui réussi à trouver une sage balance entre l’esprit de Chopin et sa propre individualité, comme on a pu entendre dans son interprétation de la Ballade en la bémol majeur.

— Róża Światczyńska, Polish Radio 2 (Pologne), 7 octobre 2015

Le nouveau venu est déjà un pianiste d’envergure, avec une technique extrêmement solide, une musicalité toujours en éveil et un soin particulier apporté à la sonorité.

— Claude Gingras, La Presse (Montréal), 2010

Vidéos

Sonate pour piano no 3 de Chopin

Quatre Impromptus de Chopin

Concerto pour piano en fa mineur op. 21 de Chopin

Avec A. Wan-Sonate pour violon et piano no.4, op.23/Beethoven

Polonaise en fa dièse mineur op. 44 de Chopin

Pavane de Georges Enesco

Photos

Calendrier

novembre

6 novembre 2020

mars

13 mars 2021

Contacts

Agent(e) Canada, États-Unis et Europe   Annick-Patricia Carrière 1 514-529-5717
Agent(e) Festivals et orchestres   Claudia Berardi 1 514-529-0139
Agent(e) Asie   Elisabeth Comtois 1 514-273-3093