Promouvoir l’excellence!

English

Constantinople

Agent (Québec, Canada, États-Unis, Asie)

Agent (Festivals Québec, Canada, États-Unis)

Chemins au sommet

Trésors retrouvés de la tradition savante persane.

Territoire représenté: Québec, Canada, États-Unis, Asie

Chemins au sommet met en lumière un moment méconnu de la culture persane, celui de l’ère Safavide (1501-1736), époque de la grande migration des musiciens iraniens vers les centres culturels voisins ottomans et byzantins.

D’un immense raffinement, empreints de beauté, ces bijoux musicaux redécouverts nous offrent à entendre la musique telle qu’elle était jouée à la cour des souverains safavides. Les tableaux et les fresques des palais d’Ispahan (notamment au Chehel Sotoun du Shah Abbas II), évoquaient cette musique sous forme visuelle.

Établi sur un travail de recherche amorcé il y a plusieurs années par Kiya Tabassian, Ziya Tabassian et Kyriakos Kalaitzidis, Constantinople redessine ici le parcours migratoire des œuvres musicales annotées et ainsi préservées par des compositeurs iraniens entre les XVIe et XVIIIe siècles.

Les manuscrits reposaient depuis des siècles dans les bibliothèques de palais et de monastères grecs et turcs, témoignant pourtant de l’influence de la musique persane dans ces aires culturelles, faisant état de la richesse des échanges existant entre les musiciens de l’époque. Incontestablement, ces sources nous ouvrent les chemins d’une meilleure compréhension de la musique savante persane et participent à rebâtir le pont brisé entre son passé glorieux et sa pratique contemporaine.

Bien qu’écrites dans le système mâqami, ces compositions comportent des phrasées musicaux et des développements formels qui ont une forte couleur persane; elles reposent également sur d’anciens et complexes cycles rythmiques qui ont depuis disparu de la musique dastgâhi (XIXe siècle); elles nous dévoilent enfin la pratique des vocalises taranom que nous connaissions seulement en théorie et qui sont en quelque sorte les ancêtres des tahrir que l’on retrouve après le XIXe siècle.

Ces œuvres musicales reprennent ainsi vie après des siècles de silence grâce au programme porté par quelques-uns des meilleurs musiciens iraniens accompagnés d’interprètes largement reconnus en Turquie et en Grèce. Une collaboration qui n’est pas sans rappeler la richesse des collaborations interculturelles de l’époque safavide durant laquelle les pièces exécutées ont été créées.

  • Siamak Aghaei, santour et chant (Iran)
  • Didem Başar, qanun (Turquie — Canada)
  • Kyriakos Kalaitzides, oud (Grèce)
  • Kiya Tabassian, sétar, chant & direction
  • Pierre-Yves Martel, viole de gambe
  • Patrick Graham, tombak, percussion

Agent (Québec, Canada, États-Unis, Asie)

Agent (Festivals Québec, Canada, États-Unis)

Dalla Porta d’Oriente

Territoire représenté: Québec, Canada, États-Unis, Asie

Chants de la Renaissance italienne et perso-ottomane s’entremêlent dans un manuscrit du début du 17e siècle écrit par le musicien et orientaliste d’origine polonaise Ali Ufki (Albert Bobowski). Dans cette collection musicale, l’auteur s’amuse à passer d’une langue à l’autre et d’une musique à l’autre. Avec le ténor italien Marco Beasley, Constantinople revisite la musique de l’époque et recrée ce pont entre les cultures de l’Europe et celles de l’Orient.

  • Marco Beasley, voix
  • Stefano Rocco, théorbe & guitare baroque
  • Fabio Accurso, luth
  • Didem Başar, qanun
  • Pierre-Yves Martel, viole de gambe
  • Tanya LaPerrière, violon baroque
  • Patrick Graham, percussion
  • Kiya Tabassian, sétar, voix & direction

Agent (Québec, Canada, États-Unis, Asie)

Agent (Festivals Québec, Canada, États-Unis)

Horizons — Lointains

Poser les oreilles vers le lointain, vers l’imaginaire et l’illusion pour concevoir l’instant qui est au présent.

Territoire représenté: Québec, Canada, États-Unis, Asie

Rencontre inédite entre les mondes du bouleversant accordéoniste Didier Laloy et de l’aventurier musical Kiya Tabassian avec leurs complices respectives, cette nouvelle création pour les deux duos promet de vous amener dans un monde sonore extrêmement riche, original et virtuose.

75 minutes sans entracte

  • Didier Laloy, accordéon diatonique
  • Kathy Adam, violoncelle
  • Kiya Tabassian, sétar et voix
  • Didem Başar, qanun

Agent (Québec, Canada, États-Unis, Asie)

Agent (Festivals Québec, Canada, États-Unis)

Jardins migrateurs

Rencontre poétique entre cordes et voix, des épopées du Royaume mandingue aux musiques de cours persanes…

Territoire représenté: Québec, Canada, États-Unis, Asie

«Mon jardin est mon œuvre. Ma mémoire est la terre de mon jardin. Tout ce qui pousse sur cette terre, y garde les racines et déchire le sol pour aller ailleurs, pour s’unir à l’univers.» — Kiya Tabassian

De tout temps, en tous lieux, la Parole du monde s’est incarnée dans celle, terrestre, du barde, du troubadour ou du griot. Ces artisans poètes, tout autant passeurs que pacificateurs, sont le trait d’union avec les forces de la nature, le divin indicible, la mémoire des anciens. Il leur revient d’entretenir le foyer quotidien de l’âme collective.

Entre le djéli malinké conseillant les rois guerriers et narrant leur glorieuse généalogie, et le bakhshi du Khorasan, lettré et chamane, il ne semble ainsi y avoir qu’une corde de luth… C’est à croire que les mélodies et l’oralité viennent autant de la terre, de l’eau et de l’air que du cœur des hommes.

De nos jours, ces libres penseurs et voyageurs font du monde leur jardin… à la façon des musiciens de Constantinople et d’Ablaye Cissoko, griot de Saint-Louis au Sénégal, éternel oiseau migrateur et maître de la kora. On dit de cette harpe luth du Royaume mandingue qu’elle était le bien le plus précieux et disputé de la femme-génie. De cette créature céleste, Ablaye Cissoko semble avoir hérité la grâce: douceur du timbre, finesse des lignes mélodiques, fluidité du doigté, virtuosité sans tapage, propos d’une générosité ciselée, les échos de l’enfance et la maturité du sage s’entremêlent.

Entre Constantinople et Ablaye Cissoko, au commencement, la rencontre simple des cordes et des voix qui rappellent aux sources la beauté de l’être. Puis, la traversée conjointe des lieux communs de l’imagination, comme une longue respiration face à la marche inexorable du monde et du temps.

  • Ablaye Cissoko, kora & voix
  • Kiya Tabassian, sétar & voix
  • Pierre-Yves Martel, viole de gambe
  • Patrick Graham, percussion

Agent (Québec, Canada, États-Unis, Asie)

Agent (Festivals Québec, Canada, États-Unis)

Metamorfosi

Territoire représenté: Québec, Canada, États-Unis, Asie

Dans la continuité de la précédente création baroque Premiers Songes, ce sont les pages laissées par une autre compositrice et cantatrice fantasque et merveilleuse que Constantinople s’offre le luxe de réinventer. Digne héritière de Monteverdi, Barbara Strozzi (1619-1677), la Vénitienne éprise du répertoire vocal profane de la Renaissance que sont les madrigaux, était fort douée pour rendre les sens fous. Une démence heureuse et salutaire pour les mélomanes!

Le fleuve de l’oubli n’a pas assez d’eau
pour suffire à calmer mon incendie;
car pour éteindre le feu amoureux,
il faut une mer; et même, une mer est peu.
Je sais que pour les flammes des amants
toutes les mers, à la fin, ne suffisent pas.

Barbara Strozzi, Cantate Sino Alla Morte

  • Suzie LeBlanc, soprano
  • Michel Angers, guitare baroque & théorbe
  • Olivier Breault, violon baroque
  • Patrick Graham, percussion
  • Pierre-Yves Martel, viole de gambe
  • Kiya Tabassian, sétar, shourangiz & direction

Agent (Québec, Canada, États-Unis, Asie)

Agent (Festivals Québec, Canada, États-Unis)

La Rose aux 13 pétales

Union des musiques klezmer et persane.

Territoire représenté: Québec, Canada, États-Unis, Asie

Qu’il s’agisse de sonorités, d’ornementations ou de contours mélodiques, la musique klezmer présente d’évidentes affinités avec l’univers et la démarche fédératrice de Constantinople. Il ne manquait qu’une occasion pour plonger plus avant dans ce répertoire et se lancer dans une nouvelle création. Celle-ci s’est présentée lors d’une rencontre fort fructueuse entre les musiciens de Constantinople et les membres fondateurs de The Klezmatics, groupe emblématique du renouveau klezmer: Frank London et Lorin Sklamberg.

Ensemble, ils ont dessiné ce projet de La Rose aux 13 Pétales, qui est un rendez-vous musical entre le répertoire klezmer, résultat d’une histoire séculaire d’influences diverses, et les musiques modales du Moyen-Orient et de la Perse.

En faisant se répondre certains modes, profils rythmiques et thèmes récurrents de leurs cultures respectives, les musiciens ont élaboré ce programme axé autour de quatre thèmes: le Divin, les Plaisirs de la vie, l’Amour et la Prise de parole politique.

Ils embrassent un ensemble de sources assez large pour mener à bien ce projet: chants et musiques klezmer, chants sacrés yiddish et judéo-persans, en passant par Le Cantique des cantiques, tout en faisant place à la création contemporaine avec des œuvres composées tout spécialement pour l’occasion par Didem Basar, Frank London et Kiya Tabassian.

  • Didem Başar, qanun
  • Frank London, trompette
  • Pierre-Yves Martel, viole de gambe
  • Lorin Sklamberg, chant, accordéon & guitare
  • Kiya Tabassian, sétar & chant
  • Patrick Graham, tombak et percussions
Station bleue sur… Facebook YouTube Vimeo

Agence Station bleue • 4713, avenue Papineau • Montréal (Québec) H2H 1V4 Canada • +1 514-529-0139

Page générée à Montréal par litk 0.600 le mercredi 4 octobre 2017. Conception et mise à jour: DIM.